L’automne est plus joli à Berlin

Aujourd’hui j’ai découvert par hasard mon endroit préféré de Berlin dans mon quartier préféré de Berlin. Le Volkspark Friedrichshain, dans le quartier de Prenzlauer Berg. Il y a des arbres, ici, ce qui change du centre-ville. En parlant de centre-ville, dès que je remarquais la tour de la télévision au loin, je lui tournais le dos pour être sûre de pas me retrouver à nouveau dans les quartiers que j’ai visités 36 fois.

Mes projets en ce lundi 14 octobre étaient de marcher au moins 15 kilomètres, puisque finalement j’ai eu la flemme d’aller courir (mais la présence de malbouffe empêche de dire que j’ai fait du sport, que je le veuille ou non).

Je me suis donc retrouvée dans ce parc pendant une heure, à arpenter les lieux et à prendre des photos. Les feuilles sont plus jaunes ici que partout ailleurs, j’ai l’impression. Ça vient sans doute du fait que j’avais pas vu d’arbre depuis des millénaires. Toujours est-il que l’endroit m’a bien plu, et que j’y retournerai. A pied, bien sûr. Cette semaine, on fait de la randonnée urbaine.

Un peu plus loin il y avait un cimetière, évangéliste je crois, et comme il ressemblait lui aussi à un parc, j’y suis entrée. Les Allemands, au moins dans ce cimetière précis, ont une façon particulière d’honorer leurs morts. Les tombes sont transformées en jardin, recouvertes de lierres et de fleurs, les allées sont enherbées, tout confère à l’endroit une atmosphère calme et reposante. Il y avait des petits Allemands qui faisaient des bouquets de feuilles qu’ils ramassaient par terre. Des bancs, aussi, étaient un peu partout, entre les tombes, parfois dessus.

Après ça, on marchouille et on marchouille encore, on n’a que ça à faire. Mon but de la journée c’était d’atteindre le Mauerpark avant d’aller au cinéma sur l’une des avenues principales du quartier. La séance était à 20h, j’étais dehors à 10h, j’aurais pu marcher un bon 25, 30 kilomètres sans doute en y mettant du mien, mais à un moment je suis tombée sur un (énième) parc qui avait l’air trop accueillant et j’y suis restée pour lire. Pas de priorités dans la vie.

Sans faire exprès j’ai contourné tous les quartiers centraux, c’est pour ça que dans cet article il n’y aura presque que des photos de l’automne. Vers 16 heures j’ai quand même fini par retomber sur mon avenue, mais il était beaucoup trop tôt pour y rester. Je n’avais pas encore mangé. Comme j’avais mangé n’importe quoi le matin, je m’étais dit, une salade, c’est bien non? J’ai mangé une pizza entière. Poursuivons.

Alors perso j’ai adoré marché mais je pense pas que vous balancer 36 millions de photos d’arbre vous branche particulièrement (ˡᵒˡ) donc j’en viens un peu à cours de trucs à raconter.

J’ai plein de photos que j’adore mais on va pas abuser non plus donc je vais plutôt lancer des facts en vrac sur le cinéma. Déjà à 19 heures j’en avais marre de marcher donc j’ai acheté ma place et je me suis assise dans un couloir au tapis rouge et lumière verte pour pouvoir charger mon portable. L’ambiance était vraiment étrange, j’étais seule, pas un bruit, et je lisais mon bouquin. Lire un bouquin aux pages vertes, ça vous change l’ambiance de la lecture.

Je voulais donc voir Joker, en vo. Je suis rentrée dans la salle 10 du cinéma, toute contente : il n’y avait presque personne, waouh! J’avais la rangée pour moi entière. Les pubs en allemand défilaient, j’étais tellement bien que j’ai enlevé mes chaussures, et enfin, le film a commencé. Bon. Ahem. Comment dire. Après, quoi, 4 minutes? Je me suis dit que c’était un peu bizarre que Joker commence par l’histoire d’une ado blonde amoureuse d’un mec… En plus c’est bizarre, c’est en allemand.. C’est une pub?…

Oui bon je me suis trompée de salle, j’ai remis mes chaussures en vitesse et je me suis barrée le plus vite possible pour pas louper mon film. Je suis devenue ce genre de personne qui part au tout début, et les autres se demandent quelle est son histoire. La réponse est simple: je suis carrément con.

Dans la salle de Joker, plus la même ambiance. C’était BONDÉ. J’avais réservé ma place, 10e de la rangée G, et c’était toute une épreuve pour l’atteindre. Pas moyen d’enlever ses chaussures dans cette ambiance, vraiment pas. Heureusement comme c’est américain, ils ont mis plein de pubs au début, donc je n’ai rien loupé du film. Et zou, ça commence, et c’était tellement bien que deux heures passent sans qu’on s’en rende compte.

Et bon, après ça, time to go home I guess. J’ai sorti ma musique, mon portable parce que j’avais envie de rentrer à pied, et 4 kilomètres plus tard, j’étais rentrée. Évidemment ma carte était encore démagnétisée et évidemment j’ai dû /encore/ me refaire les 6 étages à pied allez-retour, mais ça valait le coup.

J’ai marché 19,3 kilomètres. J’avoue, hier soir j’ai hésité à ressortir juste pour arriver à 20, mais j’ai cédé à la tentation de la flemme. Me voilà donc le lendemain matin, 11h30, à devoir décider de ce que je vais faire de ma journée. Potsdam, ce sera demain (et jeudi sans doute). Je ressors marcher.

1 thought on “L’automne est plus joli à Berlin”

Répondre à blog Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *