Ma folle histoire d’amour avec la pharmacienne

Douce, gentille, belle, agréable pharmacienne. Quand nos mains se sont effleurées j’ai su que c’était Toi que j’attendais. L’odeur de la boutique couplée à ton parfum sucré, tes doux yeux de biche, ton sourire quand tu m’as proposé une crème de la longueur et la largeur de mon majeur à 20 euros, majeur que je t’adresse en retour. Tu resteras pourtant pour moi l’unique personne avec qui j’ai pu parler allemand tout du long de notre intense et suave conversation (« es ist zu teuer! »), et pour cela, pour ce petit rien, je te remercie du plus profond de mon petit cœur français.

J’ai récupéré mon stick à lèvres à la place et zou, j’étais déjà repartie.

Harsh lights, clear view

Aujourd’hui j’ai rien foutu. Je pense qu’on peut dire que j’ai rien foutu et pas simplement rien fait, parce que je n’ai personne à impressionner et « rien faire » ne laisse pas assez paraître l’absence d’énergie dont j’ai fait preuve dans la journée.

J’adore les transports en commun, surtout ceux de Berlin. C’est donc extraordinairement facile pour moi de m’endormir dedans. Même si ça me fait rarement rater mes arrêts, ça me fatigue pour le reste de la journée, et c’est dans cet état larvaire que j’ai quitté mon auberge vers 14h pour essayer de me secouer un peu.

Update : ça n’a pas franchement marché.

Pourtant, j’avais l’envie, parce que j’avais repéré la veille une projection de film, faite par des étudiants d’une école de cinéma, imaginez!! Et c’était gratuit!! Qu’importe les 40 minutes de trajet, si j’ai l’occasion d’échanger avec des artistes, des jeunes de mon âge, des gens qui m’aideraient à progresser et avec qui je pourrais améliorer mon allemand?

Oui bah comme d’hab j’ai pas trouvé, ou bien c’était fermé, en tout cas j’ai sonné trois fois et mon petit speech allemand ressassé dans ma tête ne m’a pas servi plus que ça. J’avais vraiment, vraiment envie pourtant. J’espère que ce sera pas comme ça tout le temps.

C’est censé être là :(( Par ailleurs, je suis fan de cette photo. Si vous cherchez bien on y trouve un petit bout de moi

Le lieu était sympa au moins, petite ambiance village parce qu’il y avait très peu de gens et de voitures, mais vous ne devriez pas trop me faire confiance sur cette impression là, j’ai tendance à avoir l’imagination divagante, et on restait en plein Berlin.

Quelques jolies photos malgré tout.

J’ai bien essayé de me traîner jusqu’au Neues Museum mais il était déjà 15h30 quand je suis arrivée, et 2h30 est-ce que c’est bien suffisant pour un musée? Normalement, oui, ça dépend du musée me direz vous. Mais comme je suis retombée sur un magasin de bouquins photos que j’avais repéré la semaine dernière, les 2h30 se sont transformées en deux, puis en une.

Are my golden light lovers satisfied with this one? (I’m looking at you So and Clo and Fe)

J’ai vraiment voulu faire plaisir à ma maman et acheter un bouquin en allemand, mais j’avoue que le vocabulaire spécifique et les 25 euros m’ont un peu dissuadée. C’était un bouquin sur les couleurs. Je sais pas, je l’ai vu, ça a été le coup de foudre. Imaginez 300 pages sur des couleurs qui se démarquent à peine les unes des autres, tout ça dans une langue que je comprends pas assez? Un bijou.

(Noël approche)

On est donc partis à la place sur un essai sur la photographie, ou quelque chose comme ça. Sur comment comprendre la photographie, écrit par un mec connu. C’est sans doute très bien, voire vraiment enrichissant, mais comme je me suis endormie sur le retour et que là je suis dans la salle commune, ma chambre étant au moins à 5 mètres, ne comptez pas sur moi pour aller le chercher pour vous en dire plus. C’est trop loin.

C’est marrant parce qu’il y a marqué « die » quand tu lèves les yeux au ciel. Thx Jesus I guess

Après ça j’avoue que j’ai abandonné, j’avais juste envie de rentrer me poser pour la première fois en une semaine ; c’est sur le retour qu’est survenue mon histoire de pharmacienne. Mais j’ai fait une autre découverte : les Allemands ne mangent pas de fruits?? Je n’ai vu qu’une banane entière depuis mon arrivée, et encore, minuscule. Autrement c’est toujours en boîte, cher, mauvais, pas pratique??

A la place, j’ai pris un smoothie bio et vegan. Eh ouais. Qui dit on the road dit manger sain, puis abandonner dès le lendemain parce que c’est trop cher.

Ce chien est photogénique

Ah oui j’oubliais de parler du Lidl de ce matin, mais en fait il faut le vivre pour comprendre : dans un magasin comme ça, CHAQUE CENTIME COMPTE. Partout ailleurs à 20 centimes près tu tires un peu la gueule mais tu t’y fais, mais au Lidl, ce n’est pas possible. Entre le pain à 89 ou 79 centimes, le choix est vite fait. Pire, si t’avais saisi le plus cher avant d’apercevoir le second, tu l’éjectes de tes mains comme s’il t’avait brûlé. Tes goûts n’importent plus, seul compte ton porte-monnaie lorsque tu déambules dans les rayons. Par contre une fois sortie, c’est comme si le charme se levait. C’est assez magique.

Me voilà donc repartie avec mon pain, ma confiture, mon pot de beurre, et mes galettes. Manquent la grand-mère et le loup.

Mes repas de la semaine vont sans doute consister en un sandwich le midi et un smoothie le soir. Quelques petits autres trucs au passage pour pas mourir tout de suite, ce serait con. Un autre Currywurst pour me sentir vraiment l’âme allemande.

De cette photo, j’aime le coin supérieur droit

Tout ça pour dire, journée fatiguée. J’aimerais bien aller dans ma chambre mais un mec dort juste au dessus de mon lit et déjà tout à l’heure j’ai senti la rage qui émanait de son corps au moindre mouvement que j’esquissais, donc on va attendre un petit peu avant d’aller faire grincer les portes des placards.

Demain, je fais un musée, c’est sûr. Et puis ensuite, quoi? Ça commence à devenir un peu difficile de s’occuper. Peut-être un second musée.

Petite anecdote encore, tout à l’heure j’ai bien essayé de parler à une fille qui dessinait à la tablette graphique au Starbucks, ça n’a pas mené loin parce qu’elle travaillait, mais il se trouve que JE LA CONNAIS, je connais son travail, j’avais bien reconnu son style quand j’ai commencé à lui parler. Et je la croise dans un Starbucks à Berlin, et je lui parle parce que mon portable chargeait à côté et que je n’avais rien pour m’occuper, et que j’ai décidé de me bouger.

We could pretend it’s Her

J’aime, j’aime, j’aime les rencontres, et je vais essayer de ne plus hésiter avant d’aller aborder quelqu’un. (Sauf peut-être ce mec avec la larme tatouée sous l’œil. Encore que ce n’est pas moi qui hésite à lui parler, c’est plutôt certains d’entre vous qui cherchez à m’en dissuader. Je ne comprends pas bien pourquoi. Qui dit qu’il n’est pas adorable? Avoir un pote ex-prisonnier voire potentiel meurtrier ce serait une super histoire à raconter de mon année de césure.)

Si je le revois, je lui demande son petit nom, et je vous tiens au courant. Ce soir, en attendant, le Japonais n’est pas encore arrivé. On sociabilisera demain.

A la prochaine pour de nouvelles aventures ✴✴✴

Reichtag ou Cathédrale, ou musée, ou quelque part, en tout part pas trop trop loin d’Alexanderplatz

0 thoughts on “Ma folle histoire d’amour avec la pharmacienne”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *